Partagez | .
 

 THOMAS ; some might say that I'm a bit different

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 04/06/2016

MessageSujet: THOMAS ; some might say that I'm a bit different    Sam 4 Juin - 17:28

THOMAS GATLING
❝The world is full of obvious things which nobody by any chance ever observes. ❞


âge : 25. ✥ groupe : A multitude of drops.



londres, 2015


état civil : S'il sait ce qu'amoureux ou épris veut dire, ces termes ne lui conviennent pas. Ils ne sont ni assez forts ni assez sensibles pour englober ce qu'il peut ressentir.
profession : Historien-chercheur.
particularités physiques : Ses cheveux tendent vers le roux et il a des taches de rousseur sur le nez et les joues. Il ne regarde que rarement les gens dans les yeux et maintient une distance respectable entre lui et son interlocuteur.
caractère : Asperger et tout ce que cela entraîne, surdoué avec une préférence pour les sciences historiques, méticuleux, routinier, silencieux, incapable de comprendre les interactions sociales basiques même s'il a fait beaucoup de progrès, inadapté, claustrophobe, gère mal les angoisses et l'anxiété ou toutes autres situations stressantes.

Thomas. Tommy, Tom, Tom, Tom. Tommy Tom Tom. Tom. Thomas. Tommy, Tom, Tommy, Thomas, Tom Tom. XVIIIe, XIXe siècles, création de la Banque de France, de la Légion d'Honneur, du Franc Germinal, retour du calendrier grégorien, le Code Civil, Napoléon empereur, Napoléon emprisonné, Napoléon s'évade, Napoléon revient. Napoléon, c'est le nom que Tommy a voulu donné à son chat lorsqu'il avait quatre ans et qu'il commençait à plonger le nez dans les livres d'histoire de son père. Napoléon c'est le nom du chat suivant, qu'ils ont adopté quand Tommy avait quinze ans, et refusait de sortir de sa chambre parce que Napoléon Ier était mort. Alors Napoléon III, moins gris que le premier mais tout aussi câlin a fait son entrée dans leur vie.
Cette dernière est d'une simplicité effarante quand on y pense : il n'y a que Job, son père, et Tommy. Et Napoléon bien sûr. Et Mahaut, mais elle n'est pas de la famille par le sang, on ne peut pas la placer à cet instant précis du récit. Il faut commencer par le début, parce que Tommy, passionné de généalogie, vous dirait que ce sont les origines qui expliquent tout, toute notre histoire.

Tommy est né avec le syndrome d'Asperger. Il ne vous expliquera pas de quoi il s'agit si vous lui demandez. Il s'enfermera dans un drôle de mutisme, un silence qui ne sera brisé que par son père qui alors le qualifiera d'enfant « spéciale » et extraordinairement brillant. Pour Job, père incroyable, d'une patience sans failles, son fils a simplement été fait différemment des autres : son cerveau fonctionne plus vite sur certains points, moins vites sur d'autres, et il ne comprends pas les choses de la même manière que nous. Il n'agit pas, ne réagit pas de la même manière que nous. Job vous dira que Tommy à des passions, et qu'elles se résument à peu de choses : l'histoire et ses dates, ses listes de faits ; la généalogie ; et Mahaut. Il peut passer des heures et des heures penchés sur ses livres, à noter sur des dizaines de feuilles parfaitement ordonnées ses recherches, à les classer par thèmes, années, siècles, familles, lignées… y associant couleurs, post-it, classeurs particuliers. Thomas est un professionnel de l'organisation, et Job préfère appelait ses obsessions des passions, parce que son fils n'est pas malade : il est juste différent.

Très tôt, Tommy fut déscolarisé. Son esprit n'allait pas au même rythme que celui de ses petits camarades, et il mit plus longtemps à comprendre comment être propre, comment s'habiller seul, faire ses lacets, ou même parler. Il ne commença à ouvrir la bouche que vers quatre ans, mais prononça dès le début des phrases trop bien construites pour un enfant de cet âge. Le diagnostic des experts avait déjà été posé : autisme. Ils ne s'étaient pas attendus à un Asperger. Thomas rattrapa très vite son retard, appris à lire et à écrire avant même l'âge ordinaire du CP, et son institutrice, bien que pleine de bonne volonté, ne pouvais le garder dans sa classe. Il était trop distrait quand il fallait se concentrer, trop bruyant quand les autres travaillaient, trop renfermés quand il était l'heure de jouer. Job décida d'assurer l'éducation de son fils lui-même, malgré son éducation un peu basique, celle d'un marin pêcheur qui avait presque tout abandonné pour son fils, mais qui, surtout, avait été abandonné par sa femme. La mère de l'enfant, dont nous tairons le nom car il est banni de la maison par Thomas lui-même, disparut peu de temps après le premier diagnostic. Elle ne donna plus jamais de nouvelles, et personne ne chercha à en avoir.

Tommy rencontra très tôt son autre passion : Mahaut. Dans leur village pas loin de Falmouth en Cornouailles, il n'y avait qu'une petite école, et qu'une petite rousse aussi jolie, aussi lumineuse, aussi parfaite. Avant de quitter la classe, il fut fascinée par sa peau toute pâle, qui ressemblait à du coton, ses yeux aussi tumultueux que leur mer. Mahaut c'est la seule qui jouait avec lui, et qui riait gentiment au lieu de se moquer de lui. La seule qui venait prendre le goûter à la maison, même quand il n'allait plus à l'école, et qui lui racontait tout ce qu'ils faisaient, en classe, et qui l'écoutait avec patience, avec intérêt même, quand il parlait des grandes batailles de l'histoire ou des croisades. A neuf ans. Vite, très vite, Mahaut fut à la même place que Job, que l'histoire, que les dates, elle fut une autre passion, bien vivante. Job adopta la petite fille presque aussi vite, et leur petite maison près de la sienne devint un peu la sienne. Et Thomas grandit finalement, apprenant plus vite, analysant plus loin, oubliant parfois les règles de politesse et que d'autres personnes se tenaient dans la pièce, oubliant parfois qu'il fallait serrer la main, pour dire bonjour, et qu'il ne devait pas fixer Mahaut comme ça, qu'il pouvait la mettre mal à l'aise. Il y eut des couacs. De gros couacs. Thomas les appelle « les bosses ». Ces gros trucs sur leur chemin, qui s'apparentent plus à des montagnes. La dépression, l'hôpital, l'enfermement sur lui-même, l'accident de Mahaut, le bouleversement. Il y eut des Everest, oui, sur le chemin. Qu'il gravit, avec Job, avec Mahaut, qu'il gravit pour se retrouver étonnamment ouvert, épanoui, et même son psychanalyste – il l'a choisi lui-même, adepte de Jung, de l'inconscient et de la science éclairée des rêves, des archétypes et de l'alchimie – s'étonne de le voir si … lui-même.

La vie n'est pas simple pour Tommy, mais certainement encore moins pour ceux qui l'entourent. Voilà qu'il a entraîné, il y a de ça quelques temps déjà, tout le monde à Paris. Il n'a pas vingt-cinq ans qu'il prépare un deuxième doctorat, qu'il a publié ses recherches, mais qu'il refuse les interviews – il est archéologue aussi, et quelques-unes de ses interprétations sur l'iconographie des vases à figures rouges ont fait sensation. Parfois, il met les pieds au King’s College, où il est inscrit, pour voir son tuteur, prestigieux historien, pour se cacher dans la bibliothèque. Mais souvent, vous le trouverez dans son appartement, son petit trois pièces pour lequel son père a économisé, économisé encore avant de lui acheter, et qui contient plus de livres que de vêtements ou de meubles. Mais souvent, vous le trouverez auprès de Mahaut, à la regarder sagement, en oubliant l'histoire, et les dates, et les gens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 04/06/2016

MessageSujet: Re: THOMAS ; some might say that I'm a bit different    Sam 4 Juin - 17:29


les liens



MAHAUT MILLIGAN

netus et malesuada fames ac turpis egestas.Phasellus porttitor risus tincidunt nulla pretium quis pharetra erat tincidunt. Aliquam risus ante, euismod ac fringilla ut, sodales sit amet odio. Integer orci lectus, sollicitudin ut fringilla eget, molestie nec eros. Donec nec elit enim. Maecenas vel mauris velit, et lacinia enim. Cras ut mi sed augue convallis tempor at nec dui. Aenean bibendum lorem eu ipsum vulputate varius. Integer condimentum nisl at sapien ultrices imperdiet accumsan turpis convallis. Nulla rhoncus viverra libero a mollis. Nulla rutrum, mi ac congue convallis, sem erat dictum ligula, rhoncus rutrum risus nisl vitae diam.
#1 → titre ; #2 → titre



nom prénom

netus et malesuada fames ac turpis egestas.Phasellus porttitor risus tincidunt nulla pretium quis pharetra erat tincidunt. Aliquam risus ante, euismod ac fringilla ut, sodales sit amet odio. Integer orci lectus, sollicitudin ut fringilla eget, molestie nec eros. Donec nec elit enim. Maecenas vel mauris velit, et lacinia enim. Cras ut mi sed augue convallis tempor at nec dui. Aenean bibendum lorem eu ipsum vulputate varius. Integer condimentum nisl at sapien ultrices imperdiet accumsan turpis convallis. Nulla rhoncus viverra libero a mollis. Nulla rutrum, mi ac congue convallis, sem erat dictum ligula, rhoncus rutrum risus nisl vitae diam.
#1 → titre ; #2 → titre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

THOMAS ; some might say that I'm a bit different

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les illustrations de Thomas Nast
» Thomas Mann
» [Belles montres] Thomas Prescher.
» Sue Thomas : l'oeil du FBI
» [Gordon, Thomas] Parents efficaces

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EX ΔSTRIS ۞ :: Fiches-